Paris , La Capela


Le Collectif Hic Est Sanguis Meus a l’immense joie de vous inviter à la Capela pour sa nouvelle exposition.

Hic est sanguis meus / La Capela

La Capela
20 Phillipe de Girard
75010 Parigi
du 25 janvier au 5 février 2017
du lundi au vendredi : 18h – 22h
du samedi au dimanche : 14h-22h

16108060_10154964213692351_820856463_o


cartolina_parigi

 

Hic est sanguis meus. Le sang des femmes: une recherche approfondie du sujet explore tous les domaines de la réflexion et de la création. la perception du corps de la femme, son autonomie. Passionnés par l’histoire des femmes nous émettons l’hypothèse d’une création évolutive et participative à la hauteur des enjeux que soulève cet objet d’étude en réunissant un collectif d’artistes de différents domaines.Le collectif Hic est sanguis meus, créé par la chorégraphe Paola Daniele, mène une campagne de communication auprès d’artistes, auteurs, créateurs, en collaboration avec d’autres collectifs féministes/militants. Elles et ils sont des femmes et des hommes, jeunes et moins jeunes, de nationalités et spécialisations artistiques différentes. Tous sont sensibles à la problématique et très enthousiastes à l’idée d’une mise en commun de différentes visions du sang des femmes.
Fidèle à ses valeurs d’égalité, de diversité et de liberté de ton, le collectif Hic Est Sanguis Meus, voué à l’ouverture, a bien grandi depuis trois ans. L’exposition à La Capela est le 6ème épisode de cette aventure collective.La première édition du festival trans-disciplinaire Hic Est Sanguis Meus est l’aboutissement de plus de trois années de recherches, de résidences et d’expositions d’artistes et chercheurs internationaux de tous âges autour du sang des femmes. Après de merveilleux séjours à Paris, Berlin et Rome notamment, le collectif est de retour en France pour une programmation renouvelée: lectures, performances, conférences, ateliers, tables rondes, concerts et DJ/VJ sets se relaieront pour vous offrir une quinzaine festive et engagée dans le cadre d’une exposition inédite! Stricto sensu, le sang des femmes se réfère à l’objet d’un tabou dans la majorité des cultures : les menstrues. Associé arbitrairement depuis Aristote à l’impureté, il est le symbole phare d’un corps dont la signification négative est imposée par une minorité d’hommes, au mépris de la réalité du pouvoir des femmes. La thématique du sang des femmes prise au sens large est donc aussi celle de leur corps, de leurs luttes, des coups qu’elles essuient et de leur émancipation progressive au fil de l’espace et du temps… Des rapports internationaux font aujourd’hui le bilan d’une situation sanitaire et sociale alarmante, notamment dans le tiers monde de conditions d’accès au soin très inégaux et d’insupportables violences et stigmatisations quotidiennes. Depuis l’antiquité de grands théoriciens et hiérarques religieux utilisent ce symbole d’épanchement dit « involontaire », longtemps incompris et en ce sens effrayant, pour réduire le corps de la femme aux carcans de l’impuissance et de l’impureté. Pourtant aujourd’hui, avec le développement du féminisme et des études de genre, cette conception infondée et injuste des règles s’estompe au profit de nouvelles associations symboliques. Le vent d’une liberté nouvelle souffle sur le corps des femmes. Le droit de vote, la contraception, l’accès aux soins et à l’avortement et la libération sexuelle nous ont permis de sortir ensemble des carcans traditionnels et de reprendre le contrôle de ces corps et de ces sangs pluriels. Si l’espoir existe, la lutte doit être poursuivie avec constance et profondeur. Même en France, les libertés acquises sont chaque jour remises en question. Que ce soit par les manifestations de croyances religieuses et les superstitions populaires ou le désintérêt de la classe politique majoritairement masculine, les menstrues, le corps des femmes et les femmes elles-mêmes restent hors de propos, refus du dialogue et de la réflexion qui menace toutes les luttes menées et tous les droits obtenus par le passé… Notre approche thématique peut faire penser au radicalisme esthétique des 70’s – et c’est aussi pour prolonger et rouvrir cette inspiration libertaire tout en la discutant qu’il nous a paru nécessaire de nous rassembler. Notre association défend une grande liberté de tons et d’idées et relève autant de la simple métaphore poétique et du jeu que d’une expressivité plus réaliste et radicale, révoltée et parfois révolutionnaire. Le Collectif Hic Est Sanguis Meus est fier de vous présenter son tout nouveau format. Ce prochain festival, auquel nous vous convions chaleureusement, a pour vocation de faire le bilan de tous nos travaux passés et de renouveler à votre contact, dans un cadre créatif et participatif, nos perspectives de réflexion et d’action. Enfin, votre contribution – entrée à prix libre, boutique et vente des oeuvres – permettra notamment l’édition d’un site en libre d’accès, d’un format papier et le remboursement des frais d’organisation de ce festival entièrement bénévole.