La bambola

BambolAffiche2

 

http://bit.ly/2lAoMsL

link pour acheter les billets

Chorégraphie et danse  Paola Daniele

Musique  CeSYum:  Nicolas Darien, Denis Royer

Video art  Cikita Zeta

Le projet chorégraphique La bambola est une exploration, sans tabou de l’univers de la femme, de son corps physiologique, organique, imaginaire et fantasmatique.

La poupée est choisie  comme paradigme pour traduire ce moment de passage,  particulièrement important, de l’enfance à l’âge adulte. L’image du corps, le regard, la sexualité, permettent  l’investigation de cet age ingrat, moment où, comme l’écrit  Lewis Carroll, la petite fille risque de soumettre son imagination aux pressions sociales, au regard des grands personnes.  Par le biais de la poupée on interrogera cet aspect, si déterminant, de la vie de la femme. Au travers de la danse et du chant, La bambola, fait apparaitre la force du rite initiatique,  une sorte de cérémonie par laquelle le spectateur sera admis à la connaissance de certains «mystères».

De tout temps, la poupée a revêtu un caractère symbolique et sacré. Dans l’antiquité, à la veille de leur mariage, les futures épouses donnaient en offrande leurs poupées à Artemis, déesse insoumise, protectrice de l’enfance et du développement corporel et sexuel.

Par ce geste les jeunes filles ritualisaient la fin de leur enfance, la perte de leur virginité et le passage à l’âge adulte : des jouets de l’enfance à l’amour et à la maternité. On lui retire la poupée des bras et on l’appelle pour revêtir la « robe » des noces et se coiffer du voile rituel. Comme le décrivent certaines épigrammes de la  Grèce antique, il s’agit d’ un passage brusque de l’enfance à la maturité.

«Aucune de ces filles ne nous dit évidemment elle-même l’angoisse de cette rupture, ces sont les hommes encore qui s’en chargent ; en l’occurrence un homme, un seul, en une rapide allusion. Je veux parler d’Euripide et de ce mot qu’il met dans la bouche de Médée s’adressant à ses congénères de la « race » des femmes et se remémorant devant elles ce que fut son désarroi lors de la découverte du mari : il faut être devin pour trouver, sans l’avoir appris chez soi, comment en user au juste avec celui dont on partage la couche  (Médée, 239-40). Rare et étonnante confession »

Dj set et Vj set

unnamed